ent+¬te rdv du c+¦t+® de chez moi

Aujourd'hui, Pascale vous propose un petit tour à Bruxelles...

Le moins qu'on puisse dire de Bruxelles, c'est qu'elle ne se livre pas au premier venu, ni à la première visite. Certains reprochent à Bruges d'avoir l'air d'un musée de plein air, ce n'est pas le cas de Bruxelles où les efforts de conservation sont finalement très récents. La capitale a subi dans les années soixante des bouleversements dont elle garde des marques indélébiles! Mais après 25 ans, même en n'étant ni belge ni bruxelloise, j'ai fini par m'y faire et même par prendre plaisir à creuser un peu pour mieux connaître l'histoire de certains quartiers ou certains bâtiments de la ville.

Je vous invite à regarder cette photo de la rue Montagne de la Cour, juste en contrebas de la Place Royale, et à vous intéresser plus particulièrement aux deux bâtiments qui se trouvent aux extrémités gauche et droite du pâté de maisons. A gauche, avec la tourelle d'angle, le pignon à echelons et les fenêtres à meneaux, c'est l'ancienne pharmacie Delacre. Tout à fait à droite, on ne voit que la ferronnerie  de la tourelle du Musée des instruments de musique. 

640px-PharmacieDelacre-PaulSaintenoy

Style résolument néo-renaissance pour l'ancienne pharmacie Delacre dont la façade vient d'être admirablement ravalée.

delacre

Style indiscutablement Art nouveau pour le bâtiment du musée, installé dans les anciens magasins Old England, sauvés de justesse du désastre à la fin des années 80 et qui ont fait l'objet d'une rénovation exemplaire.

 

mim

Et pourtant, ces deux bâtiments, distants de quelques mètres, ont été conçus à deux ou trois années d'intervalles par le même architecte, Paul Saintenoy! Tous deux ont été acteurs ou témoins de destins exceptionnels.

La pharmacie Delacre, d'abord. Ce nom vous dit quelque chose? Charles Delacre, pharmacien de son état et à l'affût de la nouveauté, s'installe rue Montagne de la Cour au milieu du XIXe siècle. Outre les préparations, onguents et autres potions, il commercialise aussi ... du chocolat, considéré à l'époque comme un fortifiant. Cette activité annexe connaît un grand succès et Delacre ouvre un atelier de fabrication de chocolat en 1872, tout en conservant sa pharmacie. Bientôt, l'atelier est trop petit, et Delacre ouvre une usine en périphérie de Bruxelles. En 1891, il invente... le biscuit industriel! Eh oui, la grosse boîte en fer carrée de votre enfance est née ici.... Les biscuits Delacre existent toujours, même s'ils ne sont plus une affaire familiale.

Les magasins Old England, eux, étaient déjà présents rue Montagne de la cour en 1886. Le concept de grand magasin rencontrant énormément de succès, ils se sont agrandis en plusieurs étapes, jusqu'à atteindre le bout du pâté de maisons avec l'extension construite en 1900 par Paul Saintenoy en style Art Nouveau, avec structure métallique et ferronneries en façade. Hélas, le succès de l'Art Nouveau est de courte durée. En 1938, pour des raisons d'économie, les ferronneries de la façade sont démontées et la façade repeinte en blanc! En 1956, on va jusqu'à démonter la tourelle d'angle et en 1973, après la fermeure définitive des magasins, le bâtiment est laissé à l'abandon. Il est racheté par l'Etat mais ce n'est qu'en 1989 que les travaux de réaffectation débutent. Au terme d'un chantier qui durera plus de dix ans, car il faut non seulement rénover de fond en comble le bâtiment mais aussi l'adapter à sa nouvelle fonction en le mettant en conformité avec toutes sortes d'exigences, le Musée des instruments ouvre en 2000 et je vous invite vivement à le visiter si vous venez à Bruxelles!